Soumis par Fernando Aguiar le jeu 20/12/2018 - 15:49

Genre ≠ Femmes

Le terme genre est encore souvent mal interprété et ambigu. Quand il est utilisé comme synonyme de femmes, quelques éléments surgissent et peuvent être problématiques. Tout d’abord, les hommes sont vus comme une « catégorie par défaut », comme des étrangers à toute considération sur le genre et c’est une conséquence de cette mésinterprétation. Ensuite, dans le domaine de la paix et de la sécurité, les limites de cette conception peuvent fragiliser les efforts des hommes en tant qu’agents de la paix, ainsi que le pouvoir des femmes dans la participation aux contestations politiques qui peuvent parfois être violentes par exemple.

Pour éviter toute ambigüité, le genre doit être appréhendé comme étant une construction sociale plutôt qu’une caractéristique biologique, comme un cadre de valeurs qui peuvent évoluer avec le temps, changer suivant le contexte, et qui soient attribuées à la fois aux hommes et aux femmes[1]. Cependant, le genre n’est pas compris exclusivement comme un cadre de valeurs ; c’est également un système de pouvoir, « incluant des ‘moi’, des institutions et des significations symboliques genrés »[2].

ii

Identité de genre

Pour la philosophe Judith Butler[3] , l’identité de genre est l’aspect performatif du genre. En d’autres termes, cela fait le lien sur la façon dont nous nous accommodons, renforçons et résistons aux définitions sociales de masculinité et féminité ; comment les rôles, les tâches et les attentes sont attribués aux individus. En temps de guerre par exemple, les hommes sont les premiers à être réquisitionnés.

 

Genre et relations de pouvoir

En tant qu’ensemble de rôles, de valeurs, de comportements et d’attitude, le genre détermine la distribution du pouvoir à différents niveaux et hiérarchies, de la sphère privée à la sphère publique, du foyer aux processus politique de prise de décision. Par exemple, les bâtiments et les institutions (écoles, église, entreprises etc.) déterminent la distribution du pouvoir en renforçant et en se basant sur les rôles du genre[4]. Les hommes obtiennent souvent des postes à responsabilité alors que les femmes sont moins payées.

Masculinité et féminité

Rôles socialement imposés et fonctions attribués aux hommes et aux femmes. Par exemple, la paix est associée à la féminité et la guerre à la masculinité.

k,

 

UNE NOUVELLE PERSPECTIVE SUR LA PREVENTION DE CONFLIT : LA SENSIBILISATION A L’EGALITE DES SEXES DANS LE DOMAINE DE LA PAIX ET DE LA SECURITE

 

 

  • Résolution 1325 du Conseil de Sécurité des Nations Unies :

Réaffirme le rôle clé des femmes dans la prévention et la résolution des conflits en mettant l’accent sur la pertinence d’inclure une perspective sexospécifique dans tous les efforts de paix et de sécurité des Nations Unies

  • Résolution 2224 du Conseil de Sécurité des Nations Unies :

Reconnaît le rôle clé des femmes dans la lutte antiterroriste et dans la résolution de conflits politiques violent et d’extrémisme violent. Elle exhorte également les Etats membres à inclure une analyse sexospécifique aux moteurs de l’extrémisme violent et à ses différentes conséquences sur les hommes et les femmes.

 

Approche sexospécifique de l’analyse des conflits

D’après ces deux résolutions du CSNA et d’après des experts, inclure une perspective sur l’égalité des sexes dans l’analyse des conflits et dans les efforts de la lutte contre l’extrémisme violent peut aider à :

 

  • Améliorer l’analyse situationnelle en offrant une perspective socioculturelle des relations de pouvoir, y compris sur la race, la classe, le niveau de pauvreté, l’ethnicité et l’âge, ainsi que les différents besoins et attentes des femmes et des hommes[1].
    • Augmenter l’efficacité des régulations et de la mise en place de projets aux niveaux stratégiques[3].
    • En finir avec les stéréotypes et les notions de femme et homme selon lesquelles les femmes sont pacifistes et les hommes se battent et prennent des décisions[2].
    • Mettre en lumière des particularités liées au contexte et examiner comment la dynamique a changé avec le temps.